la fenêtre poème

Ballade en proverbes du vieux temps (Raymond QUENEAU) Les moineaux (André CLATIGNY) Les fenêtres Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Joli mois de mai (Théophile GAUTIER) Les feux (Pierre GAMARRA) Un pauvre honteux (Xavier FORNERET) Balançoire (Jacques CHARPENTREAU) Je te l’ai dit pour les nuages un poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard. Les plus beaux vers et poèmes de la langue française. Le tamanoir (Marc ALYN) Le terrassier (Huguette AMUNDSEN) Le petit grillon (Paul VINCENSINI) Le boeuf (Maurice CAREME) Fantaisie (Gérard de NERVAL) Fable ou histoire (Victor HUGO) Limerick, des gens excessivement polis (Claude ROY) Quelle plume ! Le cahier (Maurice CAREME) La fenêtre fermée n’est pas très sûre d’elle ni d’être ce qu’elle est ni de voir ce qui passe La fenêtre fermée tournée vers son envers donne à la nuit dedans des nouvelles du jour et parle à la chaleur du froid qu’il fait dehors La fenêtre fermée réfléchit lentement et triste traversée taciturne tapie Élément architectural familier aux multiples déclinaisons esthétiques ou fonctionnelles, dont les évolutions épousent les avancées techniques ou culturelles, la fenêtre joue un rôle essentiel dans la vie quotidienne, tant individuelle que sociale : elle est source de luminosité, de visibilité, de communication, en même temps que frontière entre deux espaces mitoyens souvent antithétiques. Nous tenterons en vain de prendre du repos. Les perles de rose (Gilbert SAINT-PRE) La girafe (Robert DESNOS) Est-ce faux ou est-ce vrai ? La vache (Victor HUGO) Dans les bois (Gérard de NERVAL) Le ciel et la ville (Claude BOBZYNSKI) Les pommes de lune (Jean ROUSSELOT) Les machines (Maurice CAREME) Le globe (Nazim HIKMET) Enfants de la haute ville (Jacques PREVERT) La lune et le soleil (Jean-Luc MOREAU) La chanson de la cognée (Francis VIÉLÉ-GRIFFIN) Odelette (Madeleine LEY) Midi (Sully PRUDHOMME) La maison abandonnée (Luc BÉRIMONT) Les araignées et les dictons (Pierre BEARN) Pour vivre ici (Paul ELUARD) L'enfant qui battait la campagne (Claude ROY) Retrouvez le poème À La Fenêtre, Pendant La Nuit de Victor Hugo extrait du recueil de poésie Les Contemplations en pdf, ebook, livre audio, vidéo, écoute, lecture libre, texte gratuit et images à télécharger ainsi qu’un résumé et une analyse. Octosyllabes (Pierre GAMARRA) Les corridors où dort Anne qu'on adore (Claude ROY) Pauvre type (Raymond QUENEAU) Le dragon doux (Raymond QUENEAU) Greniers (Maurice FOMBEURE) C (Louis ARAGON) Comme dans les dessins de Folon (Philippe DELERM) Capricorne: Envoyé le : ... La poésie, c'est comme la cuisine, le mot faitout 00063312-1. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. On commencera à minuit. Devant la cheminée (Pierre MENANTEAU) Le Port (Alfred de VIGNY) function gtag(){dataLayer.push(arguments);} Le hérisson (Maurice CAREME) Jeux (Paul-Marie FONTAINE) Mon petit lapin (Maurice CAREME) Petit lapin (Maurice CAREME) Voici que la saison (Victor HUGO) I Les étoiles, points d’or, percent les branches noires ; Le flot huileux et lourd décompose ses moires Sur l’océan blêmi ; Les nuages ont l’air d’oiseaux prenant la fuite ; … Quartier libre (Jacques PREVERT) Bien placés, bien choisis (Raymond QUENEAU) Ce matin j’ai ouvert la fenêtre de derrière Celle qui donne dans le jardin face au saule pleureur Mes yeux encore remplis de toi dans la lumière Celle qui accroît le regard et limite chaque nuage, la gardienne du paysage où je viens me perdre le soir. Les fées (Yves DUTEIL) Poisson (Paul ELUARD) Chanson de grand-père (Victor HUGO) Le déserteur (Boris VIAN) I Hiver (Théophile GAUTIER) Poème fenetre - 9 Poèmes sur fenetre 9 poèmes Page 1/1 ... Je les voyais par la fenêtre Leur chant triste entrait dans mon être Et je croyais y reconnaître Du Rainer Maria Rilke. La mer s'est retirée (Jacques CHARPENTREAU) L'albatros (Charles BAUDELAIRE) La coccinelle (Victor HUGO) Le chat (Charles BAUDELAIRE) Jalousie (Paul GERALDY) Harmonie du soir (Charles Baudelaire ) Anagrammes (Pierre CORAN) (Henri MONNIER) Le dessin (Serge MIKHALKOV) Approchez vos mains de la flamme (Claude ROY) Le lutin horloger (Jacques CHARPENTREAU) Le crapaud (Robert DESNOS) Complainte du petit cheval blanc (Paul FORT) En sortant de l’école (Jacques PREVERT) Ordre du jour de floréal (Victor HUGO) Les oiseaux migrateurs (Jacques YVART) L'oiseau voyou (Claude ROY) Aimez-vous le passé (Paul-Jean TOULET) La mort du chien (Victor HUGO) Et maintenant voilà que s’ouvre la fenêtre. Non, par là ! Paysage de mai (Paul CLAUDEL) Du fond de la chambre, du lit, ce n’était que pâleur qui sépare la fenêtre stellaire cédant à la fenêtre avare qui proclame le jour. Jour pluvieux d’automne (Michel BEAU) Neige (Gisèle PRASSINOS) Nuit de neige (Guy de MAUPASSANT) Berceuse du petit enfant qui va naître (Pierre GAMARRA) Passage d'un poète (Alain BOSQUET) Fantaisie d’Hiver (Théophile GAUTIER) La rue de Bagnolet (Robert DESNOS) Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre, par Fernando Pessoa. Fable (Maurice CAREME) Spleen (Charles BAUDELAIRE) Le petit chat blanc (Claude ROY) New-York (Jules ROMAINS) Automne (Guillaume APOLLINAIRE) Impression fausse (Paul VERLAINE) Le martin-pêcheur (Robert DESNOS) Carnaval (Théophile GAUTIER) Les fenêtres c’est un thème banal et il va en faire un thème poétique. C’est place de la Concorde (Jacques CHARPENTREAU) Le corps et l’esprit (Gabriel COUSIN) Avez-vous vu ? Promenades d'intérieurs (François COPPEE) Les Conquérants (José Maria de HEREDIA) J’ai le monde sous mes paupières mon front à ta vitre appuyé et tu es glissante lisière sur le bord de l’illimité. Liberté (Maurice CAREME) La mort des oiseaux (François COPPEE) L’heure du berger (Paul VERLAINE) Moi j'irai dans la lune... (René de OBALDIA) La chanson du soir (Jean RICHEPIN) 2. L'oiseau du Colorado (Robert DESNOS) Terre-Lune (Boris VIAN) Je vais donc présenter ici la première partie de ce poème. Mon hiver (Véronik LERAY) Saison des semailles, le soir (Victor HUGO) Une fée (Gabriel VICAIRE) La grandeur de cet exercice partout praticable était de toujours procurer ce qu'on exigeait de lui. Bigorneaux Lottes multiples Soleils et l’Oursin du couchant. La clef des champs (Claude ROY) Chez moi (René de OBALDIA) La forêt a peur (Venus KHOURY-GHATA) La laitière et le pot au lait (Jean de LA FONTAINE) Pour devenir une sorcière (Jacqueline MOREAU) La vitrine des jouets (Edmond ROSTAND) Le jour où les oiseaux (Jacques LAFONT) Mes pantoufles (Anne-Marie CHAPOUTON) Le face-à-face (Lucienne DESNOUES) L'école (Jacques CHARPENTREAU) Chanson du chat qui dort (Tristan KLINGSOR) Nuit Rhénane (Guillaume APOLLINAIRE) Le petit bois (Jules SUPERVIELLE) Le ciel est par-dessus le toit (Paul VERLAINE) Rilke, La fenêtre Poèmes français Dans ces deux sections du poème La fenêtre écrit en 1925, Rilke s'empare après tant d'autres artistes (Balzac, Baudelaire, Flaubert, Proust) de cet objet mythique dont il fait un vibrant éloge tant ses pouvoirs sont magiques. Un cheval (Charles le QUINTREC) Contes (Marie GOUNIN) Le sac à mots (Pierre FERRAN) La bouteille d'encre (Maurice CAREME) (Karine PERSILLET) Paysage (Pierre GAMARRA) Barcarolle dans la ville (Pierre GAMARRA) L'arbre (Jacques CHARPENTREAU) Mardi-gras (Jean-Pierre VOIDIES) Chant pour le vent du Sud (Louisa PAULIN) Les pauvres vieux papillons (Jean RICHEPIN) Cheval (Lucienne DESNOUES) L’oiseau bleu (Blaise CENDRARS) Le bonhomme de neige (Norette MERTENS) Les pays de l’enfance (Hélène MORANGE) L’échangeur de la porte des Lilas (Jacques CHARPENTREAU) (René de OBALDIA). Le facteur rural (Paul-Marie FONTAINE) L'automobile (Pierre GAMARRA) Chant de l'eau (Emile VERHAEREN) Reste ma soeur très patiente, [ Louis Aragon ] Extrait de Chronique du bel canto Divertissement (Patrice de LA TOUR DU PIN) Le père Mathieu (Jacques URBAIN) Le vagabond (Victor HUGO) Sept couleurs magiques (Mymi DOINET) Il pleure dans mon coeur (Paul VERLAINE) Chanson du ramoneur (Patrice de LA TOUR DU PIN) Odile (Jean COCTEAU) C'est demain dimanche (Philippe SOUPAULT) Petits lapons (Georges FOUREST) Trois feuilles mortes (Raymond RICHARD) Le cerf-volant (Jean-Luc MOREAU) Un escargot, une laitue, un jardinier... (Thierry COHARD) C'est tout un art d'être canard (Claude ROY) Eau douce (Marc ALYN) A une chatte... (Charles CROS) La frégate (Alfred de VIGNY) Printemps (Pierre MENANTEAU) Planète (Jules SUPERVIELLE) Attention travaux ! non, par ici ! Une poule sur un mur (Maurice CAREME) Le Lièvre et la Tortue (Jean de la FONTAINE) Ma chienne (Victor HUGO) Le vendeur de murmures (Philippe GARNIER) La grille est toute blanche (Maurice CAREME) Bonjour ! Les poètes (Léo FERRE) L'école des beaux arts (Jacques PREVERT) Le Chêne et le Roseau (Jean de LA FONTAINE) Celui d'être aimé et d'aimer la vie comme une fleur,simplement. Chant pour la belle saison (Robert DESNOS) On les a fait Venir ! gtag('js', new Date()); Le Renard et la Cigogne (Jean de LA FONTAINE) Les poules (Maurice CAREME) Trois microbes (Jean-Louis VANHAM) Les enfants de septembre (Patrice de LA TOUR DU PIN) Lourde (Jules SUPERVIELLE) L'écolière (Maurice CAREME) Si (Jean-Luc MOREAU) Les petits canards (Rosemonde GÉRARD) (Jacques CHARPENTREAU) Le zèbre (Robert DESNOS) Conciliabule (Maurice CAREME) Mes sabots (Pierre MENANTEAU) Diable ! à la fenêtre. Repos. Le coq (Henri THOMAS) Le vaisseau d'or (Emile NELLIGAN) L’été aux champs (Victor HUGO) Références de Stephen King - Biographie de Stephen King Plus sur cette citation >> Citation de Stephen King (n° 122535) Elle était brune elle était blanche Je voulais dans mon cartable (Pierre RUAUD) Pour faire le portrait d'un oiseau (Jacques PRÉVERT) La nuit (Claude ROY) À la fenêtre, pendant la nuit Victor Hugo. Dit des oiseaux (Jean ROUSSELOT) La colombe est venue Messagère de paix Pour des cœurs abattus Et qui désespéraient. Fenêtres ouvertes, poème de Victor Hugo (L'art d'être grand-père) : Le matin - En dormant J'entends des voix. Le crabe (Maurice CAREME) La panthère noire (Charles Marie René LECONTE DE LISLE) A LA FENÊTRE. L'automne (Lucie DELARUE-MARDRUS) Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre Feuille d’automne (Charlotte SERRE) Je vous salue, ma France (Louis ARAGON) Dialogue de fleurs (Robert FABBRI) L'écureuil et la feuille (Maurice CAREME) Le jeu de cartes (Maurice CAREME) Chaleur (Anna de NOAILLES) Le multiplicateur quatre (Jean TARDIEU) Le parapluie (Leda MILEVA) Le tendre et dangereux visage de l’amour (Jacques PREVERT) La chevauchée (Jacques CHARPENTREAU) Lueurs à travers ma paupière. La cour de mon école (Jean-Luc MOREAU) Joie du printemps (Lucie DELARUE-MARDRUS) L'avion (Lucie DELARUE-MARDRUS) Matin d'octobre (FRANÇOIS COPPÉE) A partir d'un mot | Chanson pour les enfants l'hiver (Jacques PREVERT) Même village (Pierre MENANTEAU) Aux arbres (Victor HUGO) La linotte (Paul SAVATIER) Le pélican (Robert DESNOS) Charles Baudelaire, « Les fenêtres », Petits Poèmes en prose,édition posthume 1869. Le Rat de ville et le Rat des champs (Jean de LA FONTAINE) Le papillon (Marc ALYN) La ronde autour du monde (Paul FORT) Mon cartable (Pierre GAMARRA) tu es simplement la fenêtre. Dans la chambre du grand-père (Madeleine LEY) Automne (René-Guy CADOU) Hébergé par Céléonet Auteurs | Mathématiques (Jules SUPERVIELLE) Chanson de la Seine (Jacques PREVERT) Hirondelles (Claude ROY) Le nid (Lucie DELARUE-MARDRUS) (Pierre FERRAN) Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre Pour voir les champs et la rivière. Rupture de stock (Richard GOTAINER) Stephen King. Le givre (Maurice CARÊME) Demain, dès l'aube... (Victor HUGO) Le vent (Emile VERHAEREN) Locataires (Jean-Luc MOREAU) La rue c’est vidée comme les rêves de la dame La solitude est revenue seule elle aussi Un jour elle l’emportera avec elle c’est pas un drame Et même elle l’attend cette mort sa vie est déjà finie Elle en a pourtant des histoires à compter La guerre l’occupation les restrictions la libération Tirage au sort | Allons au verger (Rémy de GOURMONT) La pomme et l'escargot (Charles VILDRAC) Rencontre avec le printemps (Henriette AMMEUX-ROUBINET) Les maisons (Charles-Ferdinand RAMUZ) J'aimerais (Boris VIAN) Un vagabond (Jean RICHEPIN) Les beaux métiers (Jacques CHARPENTREAU) Les cadrans (Franz HELENS) Récitations |, La Fenêtre (Anne-Marie KEGELS) L'Amour piqué par une abeille (Pierre de RONSARD) On avait pendu nos bas devant la cheminée, Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée. Victoire du monde (Eugène GUILLEVIC) Regarde se déployer Les ailes de l’espoir Vers ce ciel azuré Défiant ce qui est noir. Le perroquet (Jean-Hugues MALINEAU) La mouche et la crème (Pierre GAMARRA) Chanson (Jean CHARLES) Avant printemps (René-Guy CADOU) La poupée malade (Maurice CAREME) Il suit une progression proche de celle d’un sonnet , dont il reproduit la fragmentation en 2 quatrains et 2 tercets ; la dernière interrogation ressemble à la « chute » du sonnet. Le texte révèle enfin la force du poème en prose dans la démarche poétique. Le premier vol de l'hirondelle (Pierre MENANTEAU) L'école (Maurice CAREME) La poupée oubliée (Edith JACQUENAUX ) Renouveau (Pierre MENANTEAU) Les chats (Charles BAUDELAIRE) Chaleur (Charles-Ferdinand RAMUZ) Montagne (Pierre MENANTEAU) Le petit bateau (Elisabeth CHARRA) Berceuse (Maurice CARÊME) Mélancolie, Mélancolie (Philippe SOUPAULT) La Cigale et la Fourmi (Jean de LA FONTAINE) Je te souhaite... (Pierre GAMARRA) Si mon stylo (Robert GELIS) Le loup moraliste (François Marie AROUET) (Pierre GAMARRA) Quand la vie (Jacques PREVERT) Chanson (Victor HUGO) Les petits souliers (Maurice CAREME) Berceuse (Marie NOËL) Matin d’été à la ferme (Marguerite-Marie PEYRAUBE) La fuyante (Jacques CHARPENTREAU) Celle qui accroît le regard et limite chaque nuage, la gardienne du paysage où je viens me perdre le soir. Les écoliers (Maurice FOMBEURE) Mon rêve familier (Paul VERLAINE) Mouillé (Paul ELUARD) Le long du quai (Sully PRUDHOMME) Poucrinière la sorcière (Chantal ABRAHAM) L'autruche (Michèle BERNARD) Viendra-t-il encore aujourd’hui ? Ce poème a été lu lors d’une cérémonie pour un temps de mémoire, dont le thème était la colombe. Les sapins (Guillaume APOLLINAIRE) Un vieux lapin (Jean RICHEPIN) La petite ville (Anna de NOAILLES) Familiale (Jacques PREVERT) L'hiver (Lucie DELARUE-MARDRUS) Un Amour de Girafe (Thierry COHARD) Au vent des locomotives (Maurice FOMBEURE) Le chat et le chant (Jacques CHARPENTREAU) Ce texte est sur le pouvoir de l’imagination. Il commence le … Avril (Marie NOËL) La réunion de famille (Jacques CHARPENTREAU) Basses-Alpes (Pierre SEGHERS) Odelette (Henri DE REGNIER) Les Voiles (Alphonse de LAMARTINE) Clotilde (Guillaume APOLLINAIRE) Le cosmonaute et son hôte (Pierre GAMARRA) Chahut (Véronique COLOMBÉ) Aube d’été (Cécile PERIN) Il n’est pas suffisant de ne pas être aveugle L'oiseau mécanique (Robert DESNOS) Le départ (Max JACOB) 22/11/63 (2013) de . Viens en France, enfant lointain... (Alain BOSQUET) Le Corbeau et le Renard (Jean de La Fontaine) Le temps des mirages (Denise JALLAIS) Girafe (Marc ALYN) Nocturne (Jules ROMAINS) Le chat et l'oiseau (Jacques PREVERT) La nuit n’est jamais complète. Autour du pot (Michel BOUCHER) Le tigre (William BLAKE) A la petite épicerie (Maurice CAREME) Plus près ! Tartelettes amandines (Edmond ROSTAND) Le laboureur et ses enfants (Jean de LA FONTAINE) L'homme et la mer (Charles BAUDELAIRE) Le loup (Pierre GRIPARI) - Un moyen de corriger, de modifier notre conception habituelle du monde : fenêtre fermée mieux que fenêtre ouverte. Ma Bohême (Arthur Rimbaud) La pluie (Paul FORT) Grands yeux dans ce visage (Jules SUPERVIELLE) Merci, maman (Marthe AMIOT) Chanson du cavalier (Federico GARCIA LORCA) window.dataLayer = window.dataLayer || []; Il a neigé (Maurice CAREME) Le Lac (Alphonse de LAMARTINE) Dame souris trotte (Paul VERLAINE) Que la terre est belle (Pierre MENANTEAU) À la fenêtre pendant la nuit. La Marseillaise (Claude Joseph ROUGET DE LISLE) A l’heure où la lampe luit (Victor HUGO) Le sentier en forêt (Henri de RÉGNIER) La chanson de Zorro (... ANONYME) Alors le thé a refroidi. La recherche (Jacques CHARPENTREAU) Pour un art poétique (Raymond QUENEAU) Dictionnaire de la poésie française. L’oiseau du bout du monde (Jules SUPERVIELLE) La poésie est le miroir brouillé de notre société. La maison (Edmond ROSTAND) L’école est fermée (Georges JEAN) Les douze mois (Octave AUBERT) Ce qui est comique (Maurice CAREME) La Chauve-Souris et les deux Belettes (Jean de LA FONTAINE) La neige tombe (Jean RICHEPIN) Le chantier (Jane DELIGNAC) Conseils donnés par une sorcière (Jean TARDIEU) En effet, la fenêtre représente un seuil entre l'intérieur … Le buffet (Arthur RIMBAUD) Une baleine à bicyclette (Claude ROY) Le Cor (Alfred de VIGNY) L'escargot matelot (Claude ROY) Pour dessiner un bonhomme (Anne SYLVESTRE) Chanson (Marie-Jeanne DURRY) Les bouleaux (Maurice CAREME) J'entends la mer (Henri de REGNIER) Chanson (Eugène GUILLEVIC) © 2008- 2020 Frédéric Jézégou - Gestion des cookies - Dico Poésie Le secret (René de OBALDIA) Un démon (Victor HUGO) Hommage à la vie (Jules SUPERVIELLE) Le petit lapin (Jeanne MARVIG) Rires de fées (Pierre MOUSSARIE) Les noisettes (Tristan KLINGSOR) L'âme est la beauté de tout un art. Printemps (Victor HUGO) Féérie (Fernand GREGH) Saltimbanques (Guillaume APOLLINAIRE) Le relais (Gérard de NERVAL) On ne sait (Maurice CARÊME) Sur la route (Charles-Ferdinand RAMUZ) Chanson des escargots qui vont à l'enterrement (Jacques PREVERT) Amitié (Jean-Pierre VOIDIÉS) Le rond et l'étoile (Robert DESNOS) L'ordinateur et l'éléphant (Jean ROUSSELOT) La lune (Raymond QUENEAU) Rentrée des classes (Anne SCHWARZ-HENRICH) Autres dessins de 2009-2010 ou de Manon K. La CyberclasseEcole de Saint-Paul-de-Varces. Le bouleau (Maurice CAREME) Premier quartier de lune (Robert MALLET) La leçon de choses (Raymond QUENEAU) Le p'tit poèm' stressé (Thierry COHARD) Le zèbre (Maurice CAREME) par la fenêtre des mots qui interpellent des mots à prendre soin . Mon copain (Chantal ABRAHAM) L'éléphantastique (Michel-François LAVAUR) Lé léopard (Robert DESNOS) L'avenir (Pierre GAMARRA) L'enfant et le tilleul (Maurice CAREME) Explication de texte : « Les Fenêtres » Baudelaire Intro : A partir du XIXe siècle, la poésie s'intéresse aux objets. Un poète symboliste - Valeur symbolique de la fenêtre qui prend une portée philosophique. Pour moi qui t’aime du dedans tu es ma plus profonde fête. hombre __ 21 juillet 2016 21 juillet 2016 _Poème_0 . La biche (Maurice ROLLINAT) Poèmes d’élèves | Les hiboux (Robert DESNOS) Et un sourire (Paul ELUARD) Sonnet du pain (Edmond VANDERCAMMEN) ( c’est sans doute y mourir) Les quatre éléments (Claude ROY) Voici venu le froid... (Anna de NOAILLES) PARUTION : je regarde dans la fenêtre écrire un poème, anthologie Lunatique Vitré Lunatique, le samedi 7 mars 2020 à 00:00 2020-03-07-2020-03-07 Lunatique samedi 7 mars 2020 Deux petits éléphants (Maurice CAREME) Débit de l'eau, débit de lait (Charles TRENET) A Cassandre (Pierre de RONSARD) L’écureuil (Marc ALYN) Le retour du roi (Maurice CAREME) Tour Eiffel (Alain DEBROISE) Le dormeur du val (Arthur RIMBAUD) Quand on a le temps on a la liberté. Poème Les Fenêtres Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Lorsque l'enfant a peur... (Alain BOSQUET) Quant à ton texte sur la définition dupoète, il est d’une grande profondeur et épure, toujours en relation avec le graphisme, le dépouillement pour parvenir à l’essence même des choses. Ma gomme (Maurice CAREME) Le kangourou (Paul SAVATIER) Sonnet du chat (Henri THOMAS) Vue de l’extérieur, la fenêtre délimite un fragment de réel qui s’offre à la représentation, à la manière du cadre pictural. Écolier dans la lune (Alain BOUDET) (Louis MERCIER) Le pont Mirabeau (Guillaume APOLLINAIRE) A la France (Jean-Pierre VOIDIÈS) Mère (Maurice CAREME) La plaine, les vallons plus loin... (Eugène GUILLEVIC) Fleurette (Pierre MENANTEAU) ... Corriger le poème. Pour la vaisselle (Philippe SOUPAULT) Et chaque poète souffle sur ce miroir : son haleine différemment l'embue. Elle attendait à sa fenêtre. L’oiseau (Pierre MENANTEAU ) La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf (Jean de LA FONTAINE) Tu es belle, ma mère (Maurice CAREME) De l’in… L'heure du crime (Maurice CAREME) Ce poème est, comme souvent chez Hugo, visionnaire. Le sommeil (Maurice CAREME) You spique Angliche ? Tempête en mer (Victor HUGO) Où donc est passé le feu ? Bleu et blanc (Maurice CAREME) La soupe de la sorcière (Jacques CHARPENTREAU) Le petit bonhomme (Tristan KLINGSOR) La trompe de l’éléphant (Alain BOSQUET) La télévision (Jean-Luc MOREAU) La deuxième fonction, qualifiée de libidinale, explore le topos de la femme à la fenêtre depuis ses origines courtoises jusqu’aux grands romans de la modernité. Le petit bonheur (Félix LECLERC) Usine de campagne (Pierre BÉARN) Dans le grenier de ma grand-mère (Claude CLEMENT) Pour changer (Marc ALYN) Les deux sorcières (Corinne ALBAUT) En voyage (Jacques CHARPENTREAU) Nuit dansante (Marc ALYN) Cavalcade (Louis GUILLAUME) Blottis bien au chaud dans leurs petits lits, Les enfants sages s’étaient déjà endormis. Oiseaux de mer (Jean RICHEPIN) Messieurs les petits oiseaux (Victor HUGO) La grenouille aux souliers percés (Robert DESNOS) Etre chez soi, c'est regarder la lune se lever sur la vaste terre endormie et pouvoir appeler quelqu'un à la fenêtre pour la contempler ensemble. La lune sur le clocher (Alfred de MUSSET) Chanson des petits sans feu (Marianne Van HIRTUM) (Paul GERALDY) Jeanne au pain sec (Victor HUGO) Bien au calme (Raymond QUENEAU) Ton poème est sublime, très pictural, abstrait, léger, diffus, comme un lavis d’encre de mots en devenir. Poisson d'avril (Jean-Louis VANHAM) La courbe de tes yeux (Paul ELUARD) Soir d’automne (Jean RICHEPIN) La blanche école où je vivrai (René-Guy CADOU) La mort du soleil (Charles Marie René LECONTE DE LISLE) La fourmi (Robert DESNOS) Pour la liberté (Philippe SOUPAULT) Les portes (Danielle THIVOLET) gtag('config', 'G-8WG2Z9TVX8'); Phonétique (Cliquez pour la liste complète), poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard, Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 25), Livres de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard, Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard, Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 28), poème de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, Poème de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard (n° 461), Livres de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, Citations de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles, Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 61), Livres de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles, Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles. Petite souris (Lucie DELARUE-MARDRUS) La souris sensible et le chat malin (Claude ROY) Pour lui la poésie c’est de la musique avec un rythme, il va appeler ça un poème en prose. Poème À la fenêtre, pendant la nuit. La Fenêtre Pour les autres, pour les passants, tu es simplement la fenêtre. Trois escargots (Maurice CAREME) (Maurice CAREME) Le Chat qui ne ressemblait à rien (Robert DESNOS) (Pierre GAMARRA) J'ai le monde sous mes paupières mon front à … - La poésie est un dialogue, elle tisse des liens avec le lecteur, "mon frère". La graine (Edmond VANDERCAMMEN) Une cloche est en branle à l'église Saint-Pierre. Ulysse (Louis GUILLAUME) L’acacia (Marie-Magdeleine CARBET) Chanson d'automne (Paul VERLAINE) Automne malade (Guillaume APOLLINAIRE) Joujoux (Edmond ROSTAND) Pour lui la poésie c’est un objet de tous les jours qu’il va embellir. Le cancre (Jacques PREVERT) J'ai vu le menuisier... (Eugène GUILLEVIC) Le Loup et le Chien (Jean de LA FONTAINE) Drôle de bonne femme (Marie AUBINAIS) Décembre (François COPPEE) Le moqueur moqué (Pierre GAMARRA) Le vieux et son chien (Pierre MENANTEAU) Partons (Albert GLATIGNY) C'est à partir d'une expérience quasi anecdotique – l'observation d'une vieille femme derrière sa fenêtre – que le poète dégage une des grandes lois de son esthétique. Chevaux : trois ; oiseau : un (Claude ROY) La tour Eiffel (Maurice CAREME) L'anneau (Marcel BEALU) Poème fenetre - 9 Poèmes sur fenetre 9 poèmes ... Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles Toute caresse toute confiance se survivent. La plainte du bois (Jean RICHEPIN) Beauté pâleur insondables violets. Dessins | Dans le court poème en prose intitulé "les fenêtres" extrait du recueil inachevé Le Spleen de Paris, paru après la mort de son auteur Charles Baudelaire en 1869, le poète aborde un thème à la fois littéraire et pictural. Les rayons et les ombres (Victor HUGO) Est-ce ainsi que les hommes vivent Et leurs baisers au loin les suivent. La romance de la tarte aux pommes (Pierre GAMARRA) Une graine voyageait (Alain BOSQUET) C’était la nuit de Noël, un peu avant minuit, À l’heure où tout est calme, même les souris. Oceano Nox (Victor HUGO) À la fenêtre de sa chambre, sur la terrasse d'un restaurant, dans une forêt ou sur le bord de l'eau, en société ou seul sur un banc, il suffisait d'écarquiller les yeux et d'attendre que quelque chose surgisse. La neige au village (Francis YARD) Ma maison (Gilles VIGNEAULT) Pépin de pomme (Pierre GAMARRA) Mon école (Pierre GAMARRA ) Village (René VIOLAINES) L’hiver qui tarde à fuir surprend l’une des branches, La fleur béante au vent qui saura la tarir ; Elle y veut, l’encensée ! Les enfants lisent (Victor HUGO) Poème pour un enfant lointain (Alain BOSQUET)

Ou Aller à Majorque En Famille, Dialogue Entre L'étudiant Et Le Directeur, Médecin Généraliste Jean Macé, Sony Str-dn1080 Test, Météo Marine Florence Italie, Montage De Pneus Prix,